Prendre le large / mettre les voiles - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Prendre le large / mettre les voiles

S'éloigner, s'éclipser, s'enfuir.

Origine

Voilà deux expressions de même sens dont personne ne pourra nier l'origine maritime.

Le 'large', même un montagnard sait qu'il s'agit de ce qui est loin d'une côte maritime (du côté mer, bien sûr !). Et prendre le large, c'est aller vers le large, donc s'éloigner de la côte et des gens qui y sont en train d'agiter leur mouchoir pour dire adieu à celui qui a pris la mer et s'en va vers l'aventure au galop avec une possibilité de non retour, tellement la mer peut être capable de faire disparaître qui elle veut.

Et, lorsque c'est à bord d'un voilier qu'on quitte le plancher des vaches, pour prendre le large, il faut d'abord hisser (ou mettre) les voiles.

Nous avons donc ici affaire à deux métaphores maritimes qui illustrent un départ, un éloignement et, par extension, une fuite.
La première des deux date du XVe siècle.
La seconde, dans sa forme actuelle, est beaucoup plus récente puisque attestée vers 1900, mais elle existait déjà sous la forme "bander ses voiles" au XVIIe.

Exemple

« "Je viens de rentrer. J'étais fait comme un voleur", cria-t-il, de loin, en s'ébrouant sous le robinet (…) moi, je me suis dit que c'était bête de se faire pincer : j'ai pris le large (…) »
Roger Martin du Gard - Les Thibault

« Je retrouve mes copains et je leur explique l'affaire à ma façon, que mon gars avait été buté par les phalangistes. Ça m'a fait monter dans leur estime. Après ce coup là, il ne restait plus qu'à mettre les voiles. »
Alain Sergent - Je suivis ce mauvais garçon

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Prendre le large / mettre les voiles » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Pays de Gallescy Ei heglu hiPrendre ses jambes à son cou
Allemagne (Bavière)de Abhauen.Couper (ficher le camp).
Allemagnede Das Weite suchenChercher le lointain
Espagnees Poner pies en PolvorosaS'enfuir / Mettre les pieds à "Polvosora"
Espagnees Tomar las de VilladiegoPrendre celles de Villadiego
Espagnees PirarseSe tirer / S'éclipser / Faire l'école buissonnière
Espagnees Ahuecar el alaGonfler l'aile
Espagnees LargarsePartir / s'éclipser
France (Franche-Comté)fr Partir avec la paille au cul
Canada (Québec)fr Sacrer le campS'en aller (assez soudainement et généralement parce qu'on a a plein le dos)
Italie (Sicile)it FilarisìllaSe débiner
Italieit Spiegare le veleDéployer les voiles
Italieit Tagliare la cordaCouper la corde
Pays-Basnl 'm smeren, ertussenuit knijpens'enfuir, s'en aller rapidement
Pays-Basnl Het voor gezien houdenConsidérer comme l'avoir vu
Pays-Basnl de wijk nemens'esquiver, s'en aller rapidement
Pays-Basnl Er van doorgaanPrendre la fuite
Pays-Basnl het hazenpad kiezenchoisir le chemin des lièvres (donc s'enfuir)
Pays-Bas (Amsterdam)nl pleite gaan, afnokken, aftaaiens'éclipser, disparaître rapidement, s'échapper
Pays-Basnl Het ruime sop kiezen / De zeilen hijsenPrendre la large / hisser les voiles
Brésilpt Dar no péDonner au pied
Brésilpt Picar a mulaPiquer la mule
Brésilpt Pirulitar-seDevenir une sucette
Roumaniero A sterge putinaEssuyer le tonneau
Serbiesr OdmaglitiPartir dans la brume

Vos commentaires
Ah ! Enfin du sérieux ! Bon, cette expression vient de Perse. Lorsqu’elles voulaient sortir, les fatmas s’entendaient dire par les maris, frères, oncles ou cousins poussant des cris persans : "mettez les voiles" ! 
Bon, et là, dites ? Vous allez enfin vous décider à régler les voiles d’Expressio à la limite du faseyement ? Vous allez vous y coller, à la manœuvre, moussaillons ? Hisser en tête de mât votre T-shirt "je suis accro à Expressio", mes louloutes, en exhibant vos seins arrogants pour impressionner l’adversaire ? Et remporter le prestigieux trophée de la trirème du jour, que le Monde entier nous envie* ?
Allez, les gosses : dans les banettes, les mains sur le duvet. Demain, y’a école. De voile !
* Comment ? L’aiguière d’argent de l’America ? Fume, c’est du belge** !
** Et celle-là, God ? Tu l’as dans ta liste ? Bouge pas, je vérifie et te la propose par le canal haddock...
MESSAGE DE L’AMIRAUTÉ :

Euh... non, rien, excusez-moi : emporté par ma fougue maritime coutumière, j’allais vous souffler la trirème... Aujourd’hui, je me place hors concours : halte au cumul des mandats.
réponse à . Elpepe le 16/05/2007 à 00h41 : MESSAGE DE L’AMIRAUTÉ : Euh... non, rien, excusez-moi : ...
Je propose que la trirème du jour soit attribuée à God soi-même : il y a droit, comme nous tous s’il la mérite et je trouve, Amiral, qu’il la mérite amplement tant son information sur les expressions du jour est claire et bien argumentée [slurp] comme d’habitude [/slurp] !

Quant à moi, je vais prendre le large immédiatement pour une journée banale de pensionnée inscrite au Grand Livre de la Dette Publique du genre Bip Bip (voir cette page) avant de mettre les voiles dès demain pour une petite escapade montagnarde qui me ramènera sur ce merveilleux site dès samedi. Belle journée à tous !
Et "se barrer" çà a un rapport avec la marine aussi ? par analogie avec celui qui tient la barre du bateau.
réponse à . momolala le 16/05/2007 à 07h11 : Je propose que la trirème du jour soit attribuée à God soi-...
Dans le cas où il viendrait à Elpépé l’idée aussi sotte que grenue de m’attribuer la TDJ, je tiens à rappeler qu’il est écrit dans les règles de fonctionnement du site que je suis hors concours, non inscrit sur les listes d’attente, non participant implicite, et toute cette sorte de choses !
La TDJ n’est réservée qu’aux abonnés à expressio. Et comme je n’en fait pas partie...
réponse à . <inconnu> le 16/05/2007 à 07h25 : Et "se barrer" çà a un rapport avec la marine aussi ? par ana...
Une hypothèse indique que cela viendrait de l’arabe "barrâ !" qui voudrait dire "va-t-en !" ou "dehors !".
"prendre le large" : rien à voir avec du XXXL de chez Kiabi, alors ?
réponse à . God le 16/05/2007 à 08h26 : Une hypothèse indique que cela viendrait de l’arabe "barrâ&nb...
l’hypothèse selon laquelle "barre" signifierait "dehors" est confirmé par le mot "barre-barre" qui désignait les peuples étrangers chez les grecs, non ?

(et plus sérieusement le grec "barbaros" : étranger , dont on nous dit : Barbaros n’a à l’origine, aucune nuance péjorative, il signifie simplement « non grec » ou plus largement toute personne dont les Grecs ne comprennent pas la langue, quelqu’un qui s’exprime par onomatopées : bar-bar-bar."...)
c’est pas pour cafter, mais il y a
je ne sais combien de marins,
combien de capitaines,
qui, ayant pris le large,
ne l’ont jamais rendu.
réponse à . chirstian le 16/05/2007 à 09h10 : l’hypothèse selon laquelle "barre" signifierait "dehors" est confir...
quelqu’un qui s’exprime par onomatopées : bar-bar-bar."...)
Comme par exemple le rhinocéros : bral - bral - bral.
Car, c’est connu, le rhinofébral ? [TM]
j’ai une soeur qui a mis les voiles..ben elle en mene pas large maintenant..elle galere pour ainsi dire.
Et, lorsque c’est à bord d’un voilier qu’on quitte le plancher des vaches, pour prendre le large, il faut d’abord hisser (ou mettre) les voiles.
oui, on a essayé de hisser les vaches, mais les bouses tombaient de plus haut, et surtout les vaches étaient plus difficiles à traire. Les bateaux "vachier" (appelés ainsi à cause des vaches, mais aussi des bouses !) qui faisaient la traite des vaches y ont donc renoncé.

C’est ma contribution à la Trirème du jour. Elpepe, sois pas vache, allez ! A lait ! Y a pis, non ?
réponse à . chirstian le 16/05/2007 à 09h15 : c’est pas pour cafter, mais il y a je ne sais combien de marins, combien d...
Bonjour bonjour, les gosses. Bien dormi ? Bon, allez : tout le monde sur le pont !
a contrario, Chirstian, j’en ai vu pas mal rendre le Large de tout leur trip... Et parfois aussi, le Large ne pas les rendre, hélas.
réponse à . Elpepe le 16/05/2007 à 00h41 : MESSAGE DE L’AMIRAUTÉ : Euh... non, rien, excusez-moi : ...
C’est God qui la mérite aujourd’hui la trième. cochon qui s’en dédit
Quand même Elpepe! pas de contestation, c’est Lui !
réponse à . chirstian le 16/05/2007 à 09h27 : Et, lorsque c’est à bord d’un voilier qu’on quitte le ...
La traite des vaches est interdite par la Convention de Genève des chocolatiers belges. Et le jury attend bien des compétiteurs, aujourd’hui, et se réunira donc plus tard...
A noter dans la rubrique "ailleurs", God, qu’en Tunisie on ne dit pas "elle met les voiles", mais "Mona s’tire".
réponse à . <inconnu> le 16/05/2007 à 09h50 : C’est God qui la mérite aujourd’hui la trième. cochon...
Vox Populi, vox Dei : God_5, la pression sur le jury souverain est énorme, là : Momolala_3 et Claudiiiiiiiiiiiiine_14, tes fidèles groupies de sang, sonnées, te réclament accore (pour ton côté abrupt) et à cric (pour te hisser sur le podium)...
réponse à . <inconnu> le 16/05/2007 à 07h25 : Et "se barrer" çà a un rapport avec la marine aussi ? par ana...
variante également d’origine du langage marin : "mettre les bouts". A ne pas confondre avec "tenir la corde", qui vient des virages de la course à pied sur le plancher des vaches. Car il n’y a qu’une seule corde sur un voilier, celle de la cloche (rappel).
Alors, moussaillons ? On est encalminé ?
Dans la pétole, moteur en vrac ?
réponse à . charlesattend le 16/05/2007 à 09h22 : j’ai une soeur qui a mis les voiles..ben elle en mene pas large maintenant...
j’ai une soeur qui a mis les voiles
c’est en prenant le voile qu’elle était devenue soeur ?
Subtilité et difficulté de la langue française : "mettre les voiles" à ne pas confondre avec "mettre à la voile". Ce ne sont pas les marins qui me contrediront.

N’oublions pas que Pénélope dans l’odyssée ( pas Cruz), apparaissait voilée à ses prétendants.
Que nous aussi nous avons nos femmes voilées, les religieuses (pas les gâteaux). Pour ceux qui ont ou approchent le demi-siècle, souvenez-vous de ces soeurs à cornettes dont on ne voyait que l’arrondi du visage. Cela limitait leur champ de vue et donc les tentations. Benoit devrait peut-être y penser.
Pfiou, j’ai un coup de barre, je prends le large et vais me sustenter. J’avais bien pensé à restaurer mais cela prêterait à confusion. 
réponse à . <inconnu> le 16/05/2007 à 09h50 : C’est God qui la mérite aujourd’hui la trième. cochon...
C’est quoi la trireme du jour ? et si oui, pourquoi ?
réponse à . chirstian le 16/05/2007 à 09h10 : l’hypothèse selon laquelle "barre" signifierait "dehors" est confir...
Evidemment, l’intérêt maritime prime aujourd’hui. Néanmoins, bien souligner que la largesse est synonyme de bonté intrinsèque ainsi que d’ouverture d’esprit. Avoir l’esprit large, c’est être ouvert aux Voies de la Sagesse.

Et attention, prendre le large peut souligner aussi de la lâcheté, ce qui ramène aux barbares et autres Vikings. Donc l’expression est à tiroirs multiples. Ce que peut évoquer aussi le terme voile, associé à la pureté cachée mais aussi à la volonté de nuire sans être reconnu. Sans oublier d’ailleurs chez les marins et elpp le confirmera sans doute que certaines voiles ont un sens pour le moins ambiguë, tel le Foc.

@ Chirstian 8 > bel apport !
réponse à . charlesattend le 16/05/2007 à 12h25 : C’est quoi la trireme du jour ? et si oui, pourquoi ?...
Une sorte de "pass" pour boire un coup avec Elpp mais ça se mérite et ça se porte bien haut en estime. Mais il va t’expliquer cela bien mieux que moi... La légion d’honneur, c’est idem, ça t’ouvre pas mal de portes pour boire à l’oeil un peu partout. Sympa non ?
elle existait déjà sous la forme "bander ses voiles"
probablement parce qu’on attachait les voiles aux verges
réponse à . charlesattend le 16/05/2007 à 12h25 : C’est quoi la trireme du jour ? et si oui, pourquoi ?...
Trirème : déformation de la triple M, ou Médaille du Mérite Maritime. Décernée chaque jour, par un jury impartial composé de ma pomme, bibi, mézigue, mécolle, Elpépé, l’Amiral et moi, à l’expressionaute ayant démontré l’origine maritime flagrante de l’expression du jour, et vanté la mer et les marins.

RÉCLAME :

Expressio, le seul site où on vous mène en bateau fait prendre le large
réponse à . chirstian le 16/05/2007 à 13h59 : elle existait déjà sous la forme "bander ses voiles" probableme...
Ca s’barre en coui...s 
Bon ça y est, le jury a déjeuné, puis délibéré pendant sa sieste. A titre exceptionnel, aujourd’hui il est impossible de départager plusieurs contribs.
A commencer par le laïus introductif de God, aussi clair et complet que d’habitude, qui reçoit donc une trirème de laiton (indispensable en mer, sinon elle rouille), ex-æquo avec Chirstian_12, pour sa contribution à la psychologie des bêtes à cornes hors du plancher des vaches.
D’ailleurs, en rapportant l’idée de Chirstian à l’époque moderne, on pourrait tout aussi bien imaginer d’envoyer une vache dans l’espace. Mais hélas, à l’heure de la traite, on saturerait vite la Voie Lactée...
Une vache dans la constellation du taureau, ça le fait !
Pas de traite puisqu’elle vivrait d’amour et d’étoiles fraîches.
ca ferait un heureux, donc bonne idée. manque le propulseur.
Coucou les ptits loups.
J’ai deux petites secondes pour vous dire que demain je prends le large pour qques jours(non non je ne retourne pas à l’hosto)je vais prendre le soleil tout en bas chez vous dans le Var,histoire de revenir avec un petit hâle qui me donnera bonne mine.
Bon long week_end à tous,je vous embrasse et à mercredi.
Ca s’barre en coui...s

Et voilà, il fallait s’y attendre : c’est le début de la censure, même sur Expr....o !

De grâce ne mettons pas de voile aux bouts !
réponse à . louisann le 16/05/2007 à 14h26 : Coucou les ptits loups. J’ai deux petites secondes pour vous dire que dema...
Et moi, vendredi, je prends le large pour le sud (ouest, en ce qui me concerne), pour aller, à Saint Emilion, voir deux cousines prendre le voile (de mariée).

c’est comme ça : à l’Ascension, tout le monde descend !
réponse à . syanne le 16/05/2007 à 14h27 : Ca s’barre en coui...s Et voilà, il fallait s’y attendre&nbs...
Latex prime bien ce que tu penses. Ne pas oublier que Louisann est mineure, elle pilote un scooter et est très prude, ne connaissant de Chirstian que ses nobles parties... cervicales. 
réponse à . syanne le 16/05/2007 à 14h31 : Et moi, vendredi, je prends le large pour le sud (ouest, en ce qui me concerne),...
C’est l’ascenceur Nuptial !
Ainsi donc, il fonctionne encore ?
PENSÉE :

La vache est à l’étable, et la voile établie.
réponse à . Elpepe le 16/05/2007 à 14h58 : PENSÉE : La vache est à l’étable, et la voile &...
Pas mal mais MILKA s’imposent ! Donnons aussi la parole aux exclues reclues dans les champs à paisser ou à Payzac...
En Assyrie bien avant que l’islam ne s’empare du port du voile, le porter était tout simplement l’action de se démarquer d’autres couches plus populaires ou différencier : femmes, nobles, mariées, ou esclaves. Son but était donc de différencier les statuts entre les femmes avant que le tout religieux ne s’en empare pour l’instrumentaliser… à desseins positifs ou négatifs.

Mais est-ce que l’expression parle de ceci ou narre les prises de décisions tempétueuses d’hommes en ayant marre de tout, genre, je t’aime ou je te quitte, mais finalement je choisis de larguer les amarres pour les Sargasses ou la Belgique par exemple ?
réponse à . God le 16/05/2007 à 08h26 : Une hypothèse indique que cela viendrait de l’arabe "barrâ&nb...
Et pour Raymond, hein?
Et la roue avant de mon vélo voile aussi. Ca compte, ca, pour l’explication de l’odeur la sentence du jour?

A dimanche, les petiots!
réponse à . file_au_logis le 16/05/2007 à 17h08 : Et la roue avant de mon vélo voile aussi. Ca compte, ca, pour l’exp...
SENTENCE :

Dans "La vie du Rail", le machiniste, pour quitter la gare, ne disait pas au chauffeur "mets les voiles", mais "mets la vapeur".
Et l’autre allait au charbon.
réponse à . syanne le 16/05/2007 à 14h31 : Et moi, vendredi, je prends le large pour le sud (ouest, en ce qui me concerne),...
voir deux cousines prendre le voile (de mariée).
moi, que deux cousines s’épousent, en blanc, avec voile, cela ne me choque pas du tout !
Certes, autrefois, on déconseillait les mariages consanguins. Mais c’était en pensant aux enfants à venir : dans le cas d’un mariage entre deux cousines le risque n’existe pas, donc moi je dis que chacun(e) est libre de décider de sa vie privée en long, en large et en travers.
réponse à . Elpepe le 16/05/2007 à 00h28 : Ah ! Enfin du sérieux ! Bon, cette expression vient de Perse. L...
Amiral, est-ce qu’il n’y a pas, pour un pur voilier, avantage à prendre de la distance par rapport au rivage pour se donner davantage de marge de manoeuvre quoi que fasse le vent ? D’où le sens de s’échapper, voire de se dérober ?

J’ai demandé à Poseidon, mais il m’a dit qu’il ne connait rien aux voiliers, il se contente d’interdire tout voile à ses sirènes. Il a de ces remarquies énigmatiques.
réponse à . Elpepe le 16/05/2007 à 18h11 : SENTENCE : Dans "La vie du Rail", le machiniste, pour quitter la gare, ne ...
Guiraud dans son dictionnaire érotique en 1978, parle de l’expression "être à voile et à vapeur". Le choix du contexte maritime serait selon lui, à mettre en rapport avec les usages érotiques des mots "corvette et frégate". Messieurs les marins, à vos claviers pour confirmer ou infirmer. Oups SVP. Merci. Et bon we à ceux et celles qui ont la chance de prendre le large. Aux autres aussi bien sûr.  
Quelqu’un sait ce que ça veut dire "aller à Canossa" et "aller au diable Vauvert’ ??
réponse à . tytoalba le 16/05/2007 à 19h13 : Guiraud dans son dictionnaire érotique en 1978, parle de l’expressi...
Vite, pendant que God sommeille, reporte-toi au 30/11/2005 et apprends bien ta leçon, sinon tu vas te faire rabrouer !
réponse à . <inconnu> le 16/05/2007 à 19h31 : Quelqu’un sait ce que ça veut dire "aller à Canossa" et "all...
Vite, pendant que God sommeille (encore ? ça ne lui ressemble pas), reporte-toi au 5/2/2006 et apprends bien ta leçon, sinon tu vas te faire rabrouer !
réponse à . <inconnu> le 16/05/2007 à 14h26 : Une vache dans la constellation du taureau, ça le fait ! Pas de trai...
La roue du Zodiaque serait-elle voilée avec l’introduction d’une vache dans cette constellation ?

@ Tytoalba > Hermes a raison ! Tu vas te faire étrillé, roué, flagellé, menacé, rançonné pour ne pas être aller voir les autres rubriques du site.
réponse à . tytoalba le 16/05/2007 à 19h13 : Guiraud dans son dictionnaire érotique en 1978, parle de l’expressi...
La marine et le sexe, c’est pareil ! Les deux, c’est bandant !
L’un ne va pas sans l’autre. Sois tu rames, sois tu pas gay mais en tous cas, tu peux t’intéresser à la voile arrière là, le foc et puis, il y a aussi « être monté comme le mât d’artimon », euh, attraper une sirène dans ses filets et tout et tout. Voir elpp pour toutes les allusions.

Bref, la marine, on s’engage, on l’aime ou on l’a quitte mais souvent, c’est elle qui nous accoste. En attendant, touchons le pompon qui passe, on ne sait jamais. Rue de la soif, Marceeeelll, tournée de demis pour les Sexpressionautes ! 
réponse à . <inconnu> le 16/05/2007 à 19h01 : Amiral, est-ce qu’il n’y a pas, pour un pur voilier, avantage &agrav...
Bonne observation, Hermes : le danger, pour tous les navires (même à moteur), c’est la côte. C’est pourquoi, sauf lorsqu’on atterrit évidemment, il est nécessaire de toujours "garder de l’eau à courir" par rapport au danger, adapté en fonction de la météo et de l’état de la mer. C’est ainsi que, par force 7 au départ de Toulon, puis force 9 arrivés au Cap Corse (44 nœuds de vent, la tempête -force 10- commençant à 48 nœuds), nous avions été contraints de rester deux nuits et trois jours en mer, et de descendre jusqu’à Porto Vecchio, sous le vent de l’Île de Beauté, avant de pouvoir atterrir dans des conditions honnêtes. Nous avons dû, sur ce coup-là, renoncer à la Sardaigne, et passer les Bouches de Bonifacio trois jours plus tard, après une troisième nuit d’enfer à déraper devant le port de Porto Vecchio empli de bateaux, car, ce que ne mentionnait pas le Pilote Côtier, c’est que le fond devant le port est du beurre, aucune ancre n’y crochait, sauf celle, très lourde, des plus grosses unités. Sur deux cents bateaux dans notre cas, cent cinquante dérapaient. Jolie pagaille toute la nuit, frayeur et épuisement garantis. Mais une fois trouvé le mouillage sain, le lendemain non loin de la Marina d’Arje (à l’entrée Sud du golfe de Porto Vecchio) et sur fond de sable où l’ancre s’enfouissait très bien, plus question de mettre les voiles : on a attendu l’accalmie, en dormant tout notre saôul ! Mais chacun à son quart.
Dicton breton : "si tu veux faire un vieux marin, arrondis les caps (passe au large) et salue les grains (réduis tes voiles dans les surventes)"
Allez, les djeunes : Pépé quitte la passerelle pour retrouver BB dans sa banette, et préparer son sac pour naviguer ce ouiquinde à Trebeurden : il faut traiter les vestes de quart et les combinaisons au déperlant, que sinon on va mouiller !
Au lit, les mains sur les couvertures !
réponse à . <inconnu> le 16/05/2007 à 19h39 : Vite, pendant que God sommeille (encore ? ça ne lui ressemble pas), ...
pour Canossa je trouve paaaaas c ou bon sang de bonsoir ???
réponse à . <inconnu> le 16/05/2007 à 20h17 : pour Canossa je trouve paaaaas c ou bon sang de bonsoir ???...
Psst ! Je pense qu’on est plusieurs à le savoir, mais faut t’inscrire dans les règles et laisser faire God dans la plénitude de son projet (mais qu’est-ce qu’il fait, il roupille, il prend l’apéro ? qui fait tout le travail ici ?)
réponse à . Elpepe le 16/05/2007 à 19h49 : Bonne observation, Hermes : le danger, pour tous les navires (même &a...
Un vrai périple d’Ulysse, ça ! Et tu n’as pas rencontré Circé et toutes les autres dans tout ça, tu aurais même pu redécouvrir l’Islande, à en croire Bompard, si le vent avait soufflé dans l’autre sens.

En attendant ta réponse j’ai fait une petite reconnaissance au large de l’Olympe, et j’ai eu l’occasion de bonimenter une jeune sirène, qui de son côté a trouvé mes petites ailes alléchantes, et m’a dit que parmi les chants qu’on leur apprend en première année de l’Ecole des récifs, il y en a un qui fait à peu près

Viens mon beau marin, viens
Remets tes voiles au vent
Ramène tous les tiens
A nos enchantements

Viens mon beau marin, viens
Nous sommes sous le vent
Pour toi et pour les tiens
Vois ces enchantements

Il paraît qu’il y a ensuite une série de gestes prescrits, mais elle m’a dit qu’elle trouvait le chant plutôt mauvais et qu’elle avait fait l’impasse sur ces gestes-là.

Alors, je me demande si « mets tes voiles au vent » te paraît authentique, dans ce cas on pourrait souffler à God que c’est la version complète et antérieure de son expression. Et puis, « sous le vent », est-ce que c’est pour éviter ça qu’il faut prendre le large ?
réponse à . <inconnu> le 16/05/2007 à 19h36 : Vite, pendant que God sommeille, reporte-toi au 30/11/2005 et apprends bien ta l...
hé ben tant pis pour God, il n’a pas besoin de taquiner son monde. Je n’étais pas parmi vous dans ces temps reculés.  Si en plus je dois me farcir les anciennes expressions je n’ai pas fini de soulever mes dicos.
S’il a envie de m’étriller, me rouer ou toute autre expression qu’il y vienne, même pas peur. Et pour la rançon, vu que je suis déjà dans le rouge ( pas le PS, celui de mon banquier)   il aura que dalle. Gnaf, gnaf, gnaf.
réponse à . <inconnu> le 16/05/2007 à 20h17 : pour Canossa je trouve paaaaas c ou bon sang de bonsoir ???...
C’est pas encore fait, et c’est pas encore demandé non plus.
Donc faut faire la demande par le moyen légal (voir la FAQ question 19), à savoir le formulaire de contact et, en ce moment, attendre patiemment deux mois et demi pour avoir la chance de la voir paraître (c’est lié à la taille de ma file d’attente, pas à des réprésailles pour ne pas savoir utiliser la page ’recherche’ qu’on se demanderait presque pourquoi je l’ai mise).

Et puis les anciennes, on se les farcit pas, on s’en délecte, nuance !
À défaut, on y fait au moins des recherches avant de faire des demandes comme dans la 44.
Ça sert à quoi que je me décarcasse depuis bientôt deux ans, hein ?
réponse à . Elpepe le 16/05/2007 à 00h28 : Ah ! Enfin du sérieux ! Bon, cette expression vient de Perse. L...
Et larguez les amarres ? Personne n’en parle ?
réponse à . God le 16/05/2007 à 20h55 : C’est pas encore fait, et c’est pas encore demandé non plus. ...
psstt cher maître, "farcir = remplir excessivement quelque chose". Si je dois lire toutes les expressions depuis le début du site - qui contrairement à ce qui est annoncé en FAQ 19 n’est pas actif depuis quelques mois mais depuis mai 2005 (et toc), je vais avoir une indigestion. Heureusement, vous vous reposez le week-end en proposant d’anciennes expressions.
Pourrais-je également vous poser une question ? Vous y répondrez dans 3 mois. Lorsque l’on vous adresse une demande, la souhaitez-vous en 3 exemplaires ? Histoire de se marrer un peu. 
Veuillez agréer, cher maître, mes salutations amusées.
Larguez les amarres était en réalité au début et soyons un peu sérieux, s’il vous plait, l’expression : « larguez les paras » dont le fameux lieutenant colonel : « Lamarre » qui en était à lui seul, un des plus illustres représentants. Ses frères également sautaient, surtout leurs belles sœurs mais bon, ça, ça ne nous regarde pas.

C’est à « Mol » que les paras furent assez largués la première fois et sans ordonnance encore. D’où en hommage à leurs actions héroïques, le fameux « Paracétamol » qui chaque jour leur rend grâce d’avoir vaincu la fièvre, la dysenterie, les maux de gorges et les maux de têtes suite à une campagne présidentielle très dure dont ils eurent tous à subir des effets extrêmement pénibles.

Depuis lors, depuis cette guerre gagnée contre l’axe du mal en tous genres sur le corps désarmé, le « Paracétamol de Pau ou d’Albi » vendue en pharmacie nous rappelle combien la devise : " larguez les Lamarre " ou "larguez les paras" est à tout jamais inscrite au fronton de notre histoire commune.

Certains doutent de cette version et pourtant, les historiens sérieux accordent du crédit à cet acte de bravoure dont les puristes disent qu’il vaut tous les parachutes dorés. C’est Darlan, euh parlant non ?

A votre service, je suis à la tête d’une Association d’Idées Drôles* et Décalées*. Mais bon, bon an mal an, je creuse ainsi ici mon trou et j’ai même droit d’y dormir. Les joies du camping !

** A voir, je sais…
réponse à . tytoalba le 16/05/2007 à 22h45 : psstt cher maître, "farcir = remplir excessivement quelque chose". Si je d...
Alors d’abord, c’est pas excessivement, mais extrêmement (même si, pour les très gourmands, c’est parfois excessivement).
Et puis ’se farcir’, que tu as toi-même employé, n’a pas le même sens, comme tu le sais.

Le site est ouvert officiellement depuis le 01/08 (je le sais, j’y étais !), soit depuis moins de 24 mois, donc depuis ’quelques’ mois.
Après, tout dépend de la valeur qu’on donne à ’quelque’, le tout étant de n’être ni extrêmiste, ni excessif (ammoniacal).

Enfin, les questions, si elles ont un intérêt (je te dis pas ce que je vois passer, des fois), j’y répond en général sous 2 à 3 jours au maximum.
C’est pour les demandes d’expression que je ne peux pas faire mieux. À ma connaissance, le temps est incompressible (mais je ne préténd pas tout savoir). J’ai actuellement pour deux mois et demi d’expressions en attente de traitement et, si on m’en ajoute une, assez logiquement, c’est au bout de deux mois et demi qu’elle passera, selon le principe "premier arrivé, premier servi".

Ouala.

PS : Un seul exemplaire suffit, en général.
réponse à . God le 17/05/2007 à 08h45 : Alors d’abord, c’est pas excessivement, mais extrêmement (m&ec...
Nan mais c’est pas la peine de t’énerver, God, j’ai fini par trouver la réponse !!!
Alors "Aller à Canossa", ça veut dire s’humilier devant son adversaire.
Pour l’histoitre, Canossa est une ville d’Italie ou l’empereur germanique Henri IV vint solliciter le pardon du pape Grégoire VII, qui l’avait excommunié en 1077. C’était humiliant pour lui, d’ou l’expression....
réponse à . <inconnu> le 17/05/2007 à 11h30 : Nan mais c’est pas la peine de t’énerver, God, j’ai fin...
"Je m’énerve pas, j’explique !" (Michel Audiard)
réponse à . God le 17/05/2007 à 11h49 : "Je m’énerve pas, j’explique !" (Michel Audiard)...
C’est une sain(t)e colère, quoi (voir cette page)! 
réponse à . God le 17/05/2007 à 11h49 : "Je m’énerve pas, j’explique !" (Michel Audiard)...
Bienvenue chez les Tontons flingueurs, God ! De temps en temps, ça fait du bien de se les repasser... Mais je crois que Capucine a juste besoin d’un peu de temps pour se mettre dans le bain des us et coutumes en vigueur. Et puis, les "anciens", on est là pour t’épauler, informer, veiller au grain*, hein ?
* encore une qui vient de la Marine ! (traitée le 13/07/2005, Capucine). Et tiens, m’en vient une que je te soumets par le canal Contact : séparer le bon grain de l’ivraie...
réponse à . <inconnu> le 16/05/2007 à 19h40 : La roue du Zodiaque serait-elle voilée avec l’introduction d’...
Hou, Yannou, qui ne fait pas de différence entre l’infinitif et le participe passé:
@ Tytoalba > Hermes a raison ! Tu vas te faire étrillé, roué, flagellé, menacé, rançonné pour ne pas être aller voir les autres rubriques du site.

C’est comme si tu disais à Tytoalba: tu vas te faire cuite. (C’est le truc le plus simple pour voir s’il faut un infinitif ou un participe, dans le cas des verbes en -er... ;
La cuite, elle l’a probablement déja!

Merci qui?
Merci Maurice Grévisse...
réponse à . <inconnu> le 16/05/2007 à 23h14 : Larguez les amarres était en réalité au début et soy...
Ca alors, Yannou, comment t’as su, pour Mol?
C’est une agglomération belge, où il y a (eu?) une unité de paras casernée. Je ne prétends pas qu’il y a encore une unité au jour d’aujourd’hui. Il y en avait une dans les annés 60...
Serait-ce la science infuse? Ou l’infuse Ion de Camomille?
réponse à . file_au_logis le 20/05/2007 à 21h33 : Ca alors, Yannou, comment t’as su, pour Mol? C’est une agglomé...
Mon p’tit doigt retrouve sa forme... grâce à ma kiné. 
réponse à . <inconnu> le 16/05/2007 à 20h43 : Un vrai périple d’Ulysse, ça ! Et tu n’as pas ren...
1/ "Mets tes voiles au vent", quel que soit l’auteur et la date d’écriture, n’est pas, je pense, assimilable à l’origine de l’expression du jour, mais juste une image poétique, somme toute assez banale. C’est du moins mon avis (et je le partage)... 
2/ L’expression "sous le vent" est le contraire de "au vent". Lorsque le vent souffle et qu’il rencontre un obstacle quelconque (île, voile, mur...), on est "au vent lorsqu’on se trouve entre le vent et ledit obstacle, et "sous le vent" lorsqu’on est protégé par lui. Ainsi, sachant que tu constitues toi-même l’obstacle en pissant debout, tu as deux solutions : pisser au vent (face à lui), et alors tu te pisses dessus, ou pisser sous le vent (en lui tournant le dos), et tu pisses plus loin de tes godasses que d’ordinaire.
A noter que les cap-horniers s’octroient seuls le droit de "pisser au vent". Là encore, il ne s’agit que d’une image, signifiant que l’on a vaincu le vent, que l’on est plus fort que lui... ce qui n’est évidemment qu’une sympathique fanfaronnade : cap-hornier ou pas, si tu pisses au vent, tu te rinces les dents !
C’eût tété bien de regrouper ces deux-là avec "larguer les amarres" et "lever l’ancre". Bon vent !
L’amiral a pris le large de Trébeurden ce WE.
Comment ils vont faire ceux qui veulent quitter Trébeurden maintenant ? Ou alors il faut qu’il y ait autant de "large" que de bateaux et de capitaines.
Mais s’il a pris le large de Trébeurden, il a pas pris le large de Brest ou de Concarneau.
Il y aurait donc autant de large que de ports ? Ce qui expliquerait que les Bretons fassent de l’élevage de ports intensif pour que plus de marin puissent prendre le large. Mais si les Bretons prennent le large, qui va s’occuper des ports ? Et puis tous ces larges que les marins ont pris, et qu’il ne rendent jamais, ils en font quoi ? Ils les revendent sur étalarge des poissonneries ? Peut être y a-t-il une bourse d’échange des larges. Tiens je t’échange un large de Trébeurden contre un large de mer d’Irlande. Mais tu me le rends la semaine prochaine parce que, il faut que rentre pour la communion de la petite.
Tu veux aller à Brest ? Non pas possible le Clémenceau a pris le large de Brest et il l’a pas encore renvoyé. Faut qu’il le fasse désamianté avant, sinon la Capitainerie le laissera pas revenir.
Vous voyez bien maintenant que c’est pas si simple de prendre le large. Bon il fait beau, il y a un petit vent d’Est, donc je peux pas aller en Corse, je mets les voiles à l’Ouest sur Saint-Tropez.
Bon vent à tous.
réponse à . syanne le 16/05/2007 à 14h31 : Et moi, vendredi, je prends le large pour le sud (ouest, en ce qui me concerne),...
A l’époque, c’était l’ascension, maintenant, c’est la Pentecôte...
Notre petit Godemichou adoré a le chic pour nous coller des sentences à connotation religieuse des jours comme ceux-ci...
Comment? Expression d’origine marine? Mais que non!
C’est aux novices que l’on dit: "Allez, mes soeurs, aujourd’hui c’est le grand jour: vous allez prononcer vos voeux, vous aller prendre le voile. Une recommandation, cependant: mettez le large! (vous pourrez vous moucher dedans sans que personne ne le remarque. Et si jamais vous deviez l’utliser pour autre chose, vous pourriez toujours dire que vous l’avez mouchées...)
"J’ai l’esprit large et je n’admets pas qu’on dise le contraire."
Coluche
Que de choses dites en 2007. J’étais petite nouvelle sur le site. J’en ai appris des belles, des vertes et des pas mûres depuis que je vous fréquente. J’en ai même rencontré quelques uns et quelques unes. Et comme je suis accro à Expressio, je n’ai ni mis les voiles, ni pris le large. 

A tous les nouveaux que je n’ai pas encore salué, bienvenue, et partagez avec nous ces moments de détente, de culture et d’humour.
réponse à . file_au_logis le 30/05/2009 à 08h56 : A l’époque, c’était l’ascension, maintenant, c&r...
Et aujourd’hui encore, comme le rappelle Mickey, l’Amiral prend le large de Trebeurden... Je ne pars pas cette fois puisque je suis déjà partie... le 16. En dehors des cousines de Syanne qui étant déjà mariées ne remettront pas les voiles cette année, je me demande ce que nous allons inventer de nouveau ! Cette année 200... n’est pas si 9 !
Mettre les voiles, pour mieux les enlever dans une langoureuse danse des sept voiles !
réponse à . file_au_logis le 30/05/2009 à 08h56 : A l’époque, c’était l’ascension, maintenant, c&r...
A l’époque, c’était l’ascension
qui rappelle le jour où le Christ a pris le large. (et c’est parce qu’il avait mis les voiles que les religieuses le portent). L’expression est moins adaptée à la Pentecôte, quoique... Des pentes, des côtes : cela évoque bien la bicyclette , les randonnées... prendre le large quelques jours pour oublier le boulot. Bon weekend à ceux qui peuvent en profiter.
réponse à . chirstian le 30/05/2009 à 10h48 : A l’époque, c’était l’ascension qui rappelle l...
à Roland Garros, quelques "petits" français, ont déjà mis les voiles avant le 4ème tour ... tout ça parce que leurs adversaires ont pris le large en "breakant" ... et cet après-midi ... qui restera encore en lice après son match ? : Gaël Monfils ? Marc Gicquel ? Jo-Wilfried Tsonga ? (liste non exhaustive : j’ai oublié Paul-Henri Matthieu ... et bien d’autres !)
et chez les dames ? pour le moment seule, Aravane Rezai a pris un peu le large en arrivant au 4ème tour ... et Virginie Razzano va tenter de la rejoindre.
Je me régale en vibrant devant certains matches et pas question de prendre le large et de quitter ma place ... tant qu’ils ne jouent pas "petits bras" ! 
Ils ont tous mis les voiles
Ont délaissé la toile :
Le bateau d’Expressio
Est tombé en rideau.
L’une est folle de tennis,
De jupettes à mi-cuisse
De slices et de services.
Qui restera en lice ?
Dit-elle. Quelque beau gosse
La retient à Garros.
Un autre a pris le large
Bien campé sur sa barge
Il fait des ronds dans l’eau
Ronds comme les chapeaux
Des Bretons qui gravitent
Sur ce merrrveilleux site.
Des Belges, pas de nouvelles,
Or donc, bonnes nouvelles.
Certes est venu Filo
Notre Belgo-austro
Mais comme Chirstian
Juste un tour en passant
Et hop ont pris leurs ailes
Pour voler vers leur belle.
Expressio se repose
Dans le parfum des roses
Des lys et du jasmin
Qui fleurissent au jardin.
Et de temps en temps...j’ose
Passer par expressio,
Car cela me repose
Le doux parfum des roses.
Je fais un petit saut
de la Bretagne à la Belgique
en passant par Paris
pour revenir ici
mon filet plein de berniques
...( difficultés avec la rime! ) 
Chuis allée m’acheter un falzar la semaine dernière. La vendeuse me dit : quelle taille ? Je lui répond : je prendrais bien le large là, malheureusement c’est diff en ce moment, chuis chargée de pèze comme un crapaud de plumes, en plus j’ai le mal de mer ! Médusée la fille qu’elle était, elle n’y a entravé que nibe. J’ai vite rattrappé l’tir en lui disant "laisse tomber vas, je vais essayer ce grand bleu". "Ah dommage Madame ce bleu large je ne l’ai qu’en petit, par contre en vert j’ai c’qu’il vous faut". "Mademoiselle, moi j’adore le bleu, mais tant pis si je ne peux pas prendre le large, je me mettrais au vert pour une fois". Elle était toute contente la pôvrette, elle avait tout compris et surtout fourgué sa came.
réponse à . momolala le 30/05/2009 à 09h36 : Et aujourd’hui encore, comme le rappelle Mickey, l’Amiral prend le l...
Moi qui suis au nord tout en étant au sud, si je prend le large et que j’ai le nord devant moi, eh bé j’ai forcément le sudoku, ça par exemple c’est tout nouveau !
réponse à . momolala le 30/05/2009 à 16h54 : Ils ont tous mis les voiles Ont délaissé la toile : Le bateau...
JE SUIS LAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!!
Eééééééh ! Je suis pas sourde ! Moi aussi je suis là, et je ne fais pas du raffut pour autant !  Ben, où t’avais pris le large avec ton nouveau falzar ?

Mon petit-fils me dit ça chaque soir quand il dort à la maison où son lit a la tête au nord. Et tu sais quoi, chaque fois je ris comme une greluche ! Il me ferait passer par le trou d’une aiguille avec un sourire.
Moi zaussi !

Prendre les voiles, je veux bien mais lesquelles, et avec qui ?
Des voiles aurique, des voiles latine, des voiles marconi ?
Un foc , un clin-foc, un petit foc, un faux foc, un grand foc, un tourmentin, un génois, un spi, un petit cacatois, un grand cacatois, un petit perroquet, un grand perroquet, un petit hunier, un grand hunier ? etc. etc.
Bon je m’arrête sinon vous allez croire que j’ai du vent dans les voiles !
Pépé revient on a les mêmes à la maison !
moi aussi, chuis LAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!!
J’ai pas été m’cherché d’falzar, j’ai rapporté ceux que ma moitié avait pensé pouvoir s’acheter:
Quand elle me les a montrés, sur elle, y avait le coutures qui pétaient, les boutons qui sautaient, la fermeture éclair qui ne faisait que s’ouvrir...
Je lui ai demandé pourquoi elle les avait pris si étroits, elle m’a dit qu’elle n’avait pas voulu prendre le large sans moi. Par contre, elle s’est acheté quelques châles et quelques foulards, je vous dis pas! Cela lui va bien de mettre les voiles!
Pour le cas de l’occurence, il se doit que tu dusses rire comme une baleine, à moins que ta greluche fasse de la brasse papillon dans le large ou fait du sprint à voiles au marathon des culs d’jatte ! Dans c’cas d’l’espèce, je r’tire ce que je m’ai avancé à te correcter ! Et du coup j’te file, et à tous les potes "de garde’ un bisou large comme le falzar du calmar géant des cinq cent mille lieues au large des Mers Dévous.
réponse à . mickeylange le 30/05/2009 à 19h33 : Moi zaussi ! Prendre les voiles, je veux bien mais lesquelles, et avec qui...
Je reformule : Le petit foc, hein Maïky, de quoi s’agit-il exactement ?
réponse à . file_au_logis le 30/05/2009 à 19h56 : moi aussi, chuis LAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!! J’ai pas ét&ea...
Y m’semb pourtant bien qu’les mecs prèfèrent l’étroit au large, non ? Les trois au lard, je dis ! M’enfin chacun prend c’qu’y veut comme y veut mais quand y veut chais pas si c’est évident. Dis Momo quesse t’en penses, hein dis ?
Moi aussi je suis LAAAAAAAAAAAA 
Je viens de terminer ma lecture (ça a duré plus de deux ans !!!) Et tout ça me fait penser à cette chanson cette page

@Tyto _72 Je me retrouve un peu:&rsquo) Et moi non plus je n’ai pas l’intention de mettre les voiles (ni le voile d’ailleurs!) de sitôt.
réponse à . eureka le 30/05/2009 à 20h21 : Je reformule : Le petit foc, hein Maïky, de quoi s’agit-il exact...
Je laisse le petit foc et même le grand à Roland Garros qui en était.
Son copain qui était propriétaire des terrains ousque les tennis sont construits, avait accepté de vendre à condition que le stade porte le nom de son moitié.
Le vent dans les voiles ça rend folle de tennis ?
réponse à . mickeylange le 30/05/2009 à 20h49 : Je laisse le petit foc et même le grand à Roland Garros qui en &eac...
Mais alors loin de moi c’t’idée, j’pensais à un tout autre petit foc, et pour pas t’enduire d’erreur j’ai reformulé !
réponse à . eureka le 30/05/2009 à 21h09 : Mais alors loin de moi c’t’idée, j’pensais à un ...
Ya aucun problème, de toute façon à mon âge (534 ans) je cours toujours après les filles mais je me rappelle plus pourquoi !
Le petit foc c’est la même chose que le grand mais en plus petit.  :&rsquo)
réponse à . file_au_logis le 30/05/2009 à 19h56 : moi aussi, chuis LAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!! J’ai pas ét&ea...
à Eurêka : moi z’aussi, je suis là, ma Belle !

Mais toi, Filo (84) kesse tu racontes ? ta moitié, si jolie et si fine de ligne ... pourquoi tu lui fais éclater les coutures à son fr oc? ... Aurais-tu bu un verre de trop as-tu du vent dans les voiles ???

Va au dodo Mickey ! la mémoire te reviendra ... peut-être 
réponse à . mickeylange le 30/05/2009 à 21h15 : Ya aucun problème, de toute façon à mon âge (534 ans)...
Mathusalem, grand-père de Noé, un siècle environ avant sa mort, soit vers ses huit cent cinquante ans tout de même, était si vert qu’il en paraissait à peine six cent. Réagis, gamin…
réponse à . <inconnu> le 30/05/2009 à 22h17 : Mathusalem, grand-père de Noé, un siècle environ avant sa m...
Oui mais il y a des modes de vie qui usent plus que d’autre.
Peintre en bâtiments c’est fatiguant, surtout pour les bras et les yeux quand tu fais des plafonds. Toujours les bras en l’air (j’ai dit les bras) et la peinture qui te coule dans les yeux, la fumée des chandelles qui te fait tousser, sans éclairer vraiment parce que si tu en mets plus la fumée gâche ta peinture.
Faut être un ange comme moi pour accepter ça.
Ton pote Matusalem, lui, il se contentait de siffler des bouteilles de rosé, au lieu d’apprendre à nager, mais il aimait pas l’eau (comme moi)
sauf que moi au plafond le déluge hein.... pas mon problème je suis en hauteur. Et puis suffit d’être patient et je le battrais. 969 -534 rendez-vous dans seulement 435 ans
réponse à . <inconnu> le 30/05/2009 à 22h17 : Mathusalem, grand-père de Noé, un siècle environ avant sa m...
Dis donc Cotcot, tu te prends pour le pépé ?
Au lit les mains.... etc.
Dans 435 ans... avec qui?
Avec tous les expressionautes. Il n’y a que sur Expressio qu’on peut vieillir aussi longtemps (et ausi vite)

@92 Cotcot je m’a trompé pour te répondre. Mais t’inquiète pas je suis déjà collé samedi ET dimanche.
Je veux bien vieillir longtemps, mais vite, pas question!
réponse à . mickeylange le 30/05/2009 à 22h37 : Oui mais il y a des modes de vie qui usent plus que d’autre. Peintre en b...
Oui ouiiiiii, on a compris les bras, les bras, pas ot’ choses !
Et pi j’te signale que t’es comme le pinard : pù t’es vieux, mieux t’es un bon coup
réponse à . mickeylange le 30/05/2009 à 22h53 : Avec tous les expressionautes. Il n’y a que sur Expressio qu’on peut...
En quatre cent trente cinq ans, des plafonds, tu estimes pouvoir nous en barbouiller combien?
réponse à . eureka le 30/05/2009 à 23h16 : Oui ouiiiiii, on a compris les bras, les bras, pas ot’ choses ! Et p...
Faudrait savoir, pinard ou pas, si pas autre chose pas bon coup. On va lui trouver chapelles septime, octime, etc... Histoire de l’occuper.
Mais cocotte, toi t’as encore pris l’large dans ton potager ! La pêche a été bonne ?
J’crois que l’Mickey il a fini par savoir pourquoi il court après le filles ! Et t’as r’marqué que l’mec à plus de 530 berges n’est pas grabataire, pisqu’il court. Ouf, le danger est passé, son amnésie n’était que provisoire, les effluves de peinture probablement, eh oui ça laisse des séquelles !
réponse à . <inconnu> le 30/05/2009 à 23h18 : En quatre cent trente cinq ans, des plafonds, tu estimes pouvoir nous en barboui...
Je fais plus les plafonds, d’abord parce que j’ai peur des araignées, et ensuite depuis 150 ans environ j’ai le vertige. (j’ai dit le pas la)
Je ne fais plus que de la sculpture, pour niquer (une fois de plus) aux yeux de la postérité le vieux homard de Vinci.
réponse à . eureka le 30/05/2009 à 23h16 : Oui ouiiiiii, on a compris les bras, les bras, pas ot’ choses ! Et p...
pù t’es vieux, mieux t’es un bon coup

Tu confonds libido et son contraire bide au lit.

J’crois que l’Mickey il a fini par savoir pourquoi il court après le filles !

Exact, elles me servent de modèles pour la sculpture.
réponse à . mickeylange le 30/05/2009 à 23h54 : Je fais plus les plafonds, d’abord parce que j’ai peur des araign&ea...
C’est gentil, il adorait ça.
réponse à . mickeylange le 30/05/2009 à 23h56 : pù t’es vieux, mieux t’es un bon coup Tu confonds libido et s...
Tu sculptes en courant ? Faut l’faire ! Et ça donne quéque chose quand t’as fini ? De l’abstrait sûrement !
On sait pas vraiment, s’il en était ou pas.
On sait tout à fait qu’il en était!
Je viens de survoler (avec quelques jours de retard) les commentaires sur l’expression du jour.
Je ne pense pas qu’il ait été fait mention de l’expression "Hisse le grand foc, tout est payé !", mais peut-être suis-je allé trop vite.
dont personne ne pourra nier l’origine maritime
Encore heureux... Bon, que je rassure Mickey : je viens de rendre le large que j’avais pris. Mais je le reprendrai très bientôt.
L’Amiral
Bon, que je rassure Mickey : je viens de rendre le large que j’avais pris. Mais je le reprendrai très bientôt.
L’Amiral
Quelques mois plus tard, il hissait la grand voile et prenait le large à tout jamais... nous laissant tristes, sur le quai... 
Lui aussi a trop tôt pris le large…
Chaque jour, sur cette plage, la marée du petit matin apporte une chanson tendre, grave ou souriante...

Si le mari faisait du bateau
Il lui parlait de tirant d’eau.
De voiles, de mâts de misaine
De yacht, de brick et de steamer,
Lui qui souffrait du mal de mer
En passant les ponts de la Seine.


sont paroles et musique.
"Mais demain je me venge !... vous aurez de l’aïoli au p’tit déj’..." a promis Bouba.*
Euh... vais chez Marcel pour un classique café crème. Parce que l’aïoli dès le matin…
Lafée, je te commande un thé ? 

*cette page @ 108
Voui, voui, voui surtout croyez pas qu’hier j’ai pris lâchement le large mais j’ai été accaparé par quelques imprévus impromptus non prévisibles que j’avais pas vu venir et qui me sont tombés dessus de façon subite sans que je m’y attende...........

Évidement que Pagnol a aussi habité ailleurs qu’en Provence. Fernandel et Raimu aussi, tout comme Bourvil a un jour quitté sa Normandie natale.......Pfffffffff........ma qué mauvaise foi y a sur ce site......J’te jure !

Bon allez, on vire de bord et on revient au sujet du jour........

Bien sur qu’en tant que Sétois ( Cettois quand il est né ) Georges a laissé une grande trace maritime dans son oeuvre dont l’incontournable, l’indéracinable Les copains d’abord

Sinon pour illustrer le sujet du jour j’ai aussi en mémoire ce merveilleux poème de José Maria de Heredia dont j’ai eu la chance de visiter la maison natale à Santiago de Cuba.........Les conquérants

Dites vous trouvez pas que ça nous fait une ambiance salée tout ça ?........ça tombe bien, je m’en vais préparer l’aïoli.......avec des croissants ?.......
réponse à . BOUBA le 13/08/2014 à 05h18 : Voui, voui, voui surtout croyez pas qu’hier j’ai pris lâchemen...
Mettre les voiles, les bouts, prendre le large en restant les pieds sur terre... avec Voulzy sur cette page à double dédicace pour vous seuls.

Aujourd’hui même pas un pied dans la mer, la pluie menace. Enfin, menace de faire tomber la température de quelques degrés, soit-elle bénie !

Belle journée dans vos coeurs et vos vies !
réponse à . momolala le 13/08/2014 à 07h27 : Mettre les voiles, les bouts, prendre le large en restant les pieds sur terre......
prendre le large en restant les pieds sur terre

C’est ce qu’a fait ce crétino de Schettino quand il a fracassé sa barcasse de luxe sur les rochers......Il est vite venu se mettre au sec laissant les passagers et l’équipage patauger dans l’eau.........

Enfin, tout ceci ne l’empêche pas de donner des conseils en matière de gestion de panique......

Ce pauvre Smith doit se taper le cul sur son glaçon.......

Ah, y a pas à dire l’honneur dans la marine c’est plus ce que c’était........
réponse à . BOUBA le 13/08/2014 à 05h18 : Voui, voui, voui surtout croyez pas qu’hier j’ai pris lâchemen...
José Maria de Heredia... L’était pas d’origine provençale ? par un lointain cousin de sa trisaïeule ?
réponse à . BOUBA le 13/08/2014 à 05h18 : Voui, voui, voui surtout croyez pas qu’hier j’ai pris lâchemen...
Bien sur qu’en tant que Sétois ( Cettois quand il est né ) Georges a laissé une grande trace maritime dans son oeuvre dont l’incontournable, l’indéracinable Les copains d’abord
Je (re)bondis sur l’occasion que m’offre Bouba pour dire que c’est dans la capitale qu’il a fait ses premières armes il le chante lui même dans les Les Ricochets:
J’avais dix-huit ans
Tout juste et quittant
Ma ville natale
Un beau jour, o gue
Je vins debarquer
dans la capitale

Même que ça lui valu un chagrin d’amour:
La belle volage
Un jour se perchait
Sur un ricochet
Et gagnait le large.j’ai réussi à la caser pas facile.

Par contre va falloir se calmer sur les flux migratoires des poètes sudistes si non le Bouba va nous ressortir des Pétrarque et des Fabre d’églantine
réponse à . DiwanC le 13/08/2014 à 08h37 : José Maria de Heredia... L’était pas d’origine proven&...
Va savoir.........Il était sujet espagnol né à Cuba.......Il n’y a pas loin de la Provence à l’Espagne.....
réponse à . gerard5253 le 13/08/2014 à 09h31 : Bien sur qu’en tant que Sétois ( Cettois quand il est né ) G...
Bien vu, Gégé !!!!!!!!!!.....

Comme tu dis va falloir calmer le jeu sur les poètes occitans sinon on en a jusqu’à la St Glin-Glin voire jusqu’aux calendes grecques.

Les Grecs étant d’excellents preneurs de large et metteurs de voiles qui, partis de Phocée s’installèrent durablement en Provence et créèrent un comptoir Phocéen qui devint Marseille........

Vous pouvez rigoler toutes et tous, on en revient toujours à la Provence, terre élue des Dieux d’où essaima la culture qui vous est dispensée à vous pôvres Nordistes ..........Peuchère !.........
réponse à . BOUBA le 13/08/2014 à 10h03 : Va savoir.........Il était sujet espagnol né à Cuba.......I...
.Il était sujet espagnol né à Cuba....

Même qu’il habitait rue Alphonse Daudet à Cuba !
réponse à . BOUBA le 13/08/2014 à 10h13 : Bien vu, Gégé !!!!!!!!!!..... Comme tu dis va falloir calmer...
Comme disait Roger Pierre "si nous autres, les sudistes, on avait été plus nombreux, et bien vous autres, les nordistes, vous auriez bel et bien pris la pâtée !"
Tout près de la plaza Marcel Pagnol........je sais, j’y suis allé !.......
réponse à . mickeylange le 13/08/2014 à 10h29 : Comme disait Roger Pierre "si nous autres, les sudistes, on avait ét&eacu...
Z’actement !...........
réponse à . BOUBA le 13/08/2014 à 10h13 : Bien vu, Gégé !!!!!!!!!!..... Comme tu dis va falloir calmer...
...la culture qui vous est dispensée à vous pôvres Nordistes.
Ben voyons ! Même ce vieux Blaise était Provençal, né - par pur hasard - à Clermont… Mariotte tout pareil ! Sa maman ressentit les premières contractions de l’enfantement alors qu’elle faisait son marché à Aubagne… et quelques heures plus tard, le petit Edme est né à Dijon…

Quelle chance on a de vous avoir eu !
Même que si vous aviez été plus nombreux, nous, les Nordistes, on prenait bel et bien la pâtée ! comme disait Roger Pierre, l’amuseur.
Merdre ! [Citation d’Alfred Jarry, né à Laval, une p’tite bourgade dans la banlieue de Marseille], j’ m’a fait doubler par Lange, le Segréen Varois !

Bon... j’arrête... sinon on va encore avoir de l’aïoli demain matin...
Jean Reinhardt naît dans une roulotte stationnant à Liberchies, en Belgique, où il est déclaré « fils de Jean-Baptiste Reinhart [...] et de Laurence Reinhart » originaire d’Alsace. Son père Jean-Eugène Weiss travestit son nom pour échapper à la conscription5. L’enfant fait partie d’une famille de Sinti nomades habitués à traverser l’Europe de part en part. Il est principalement élevé par sa mère Laurence dite « Négros » et passe donc sa jeunesse à voyager en France, en Italie ou en Algérie pour fuir la Première Guerre mondiale avant que sa famille ne se fixe finalement à Paris, d’abord sur les fortif’, la Zone mal famée jouxtant la porte de Choisy, puis à la porte d’Italie. Personne ne sait d’où lui vient son prénom Django qui signifie « je réveille »(wiki)
Ce que ne dit pas wiki c’est que la roulotte de ses parents était à Aubagne quand il a été conçu. Ce qui fait de lui un Provençal-manouche. Avant de passer à la guitare il jouait du jazz avec un pipeau et un tambourin.
François Gérard Georges Nicolas Hollande naît le 12 août 1954 à Rouen en Seine-Inférieure. Il est le fils cadet de Georges Gustave Hollande, catholique, né le 9 mai 1923 à Cognac, médecin ORL, candidat perdant sur une liste d’extrême droite aux élections municipales de Rouen en 1959 et de Bois-Guillaume en 1965 Sa mère, Nicole Frédérique Marguerite Tribert, catholique de gauche née le 7 septembre 1927 à Vigneux-sur-Seine et décédée le 8 mars 2009 à Cannes, était assistante sociale. Cette dernière figurait en 2008, en dernière position, sur la liste du Parti socialiste pour l’élection municipale de Cannes
CQFD notre Président est Provençal et pis c’est tout.
réponse à . mickeylange le 13/08/2014 à 11h16 : François Gérard Georges Nicolas Hollande naît le 12 aoû...
 !!!!!!!!!!!!!...........
70 ième anniversaire du débarquement en Provence..........les allemands ont pris le large !!
Hé ben dis donc, heureusement qu’y a la Provence pour animer le site............

Ohéééééééé du bateau !.........Vous avez pris le large ??????????
réponse à . BOUBA le 13/08/2014 à 12h54 : Hé ben dis donc, heureusement qu’y a la Provence pour animer le sit...
Non ! On fait la sieste ! Pfffff...
réponse à . BOUBA le 13/08/2014 à 12h54 : Hé ben dis donc, heureusement qu’y a la Provence pour animer le sit...
Ohéééééééé du bateau !.........Vous avez pris le large ??????????

Les bateaux en Provence ne prennent pas toujours le large.
La preuve cette histoire bien connue:

Histoire authentique de la Sardine qui a bouché le port de Marseille
et la non moins histoire authentique du fameux,
du sublime Molinari de La Ciotat.


Imaginez, en 1775, sous le règne de Louis XVI, le vieux port de Marseille ; de gros navires à quai, d’autres croisant au large entre le château d’If et le Fort St Jean. Imaginez les quais encombrés de marchandises : tonneaux de vin de Bandol, de Provence, du Comtat Venaissin…, des fûts d’huile d’olive des Baux ou du haut pays…, des poteries d’Aubagne, des ballots de laine des Alpes…, et aussi les riches soieries d’Orient, les fruits venus d’ailleurs, les bois précieux d’Afrique... Imaginez le soleil du mois de juin qui chauffe les têtes et met le feu dans les cœurs et les gosiers….
Regardez ces magnifiques bateaux qu’on charge et qu’on décharge : le va et vient des portefaix, les cris des charretiers, la colère des Capitaines, le souci des armateurs… Regardez tout ce petit peuple qui vit du port et sur le port : hommes de peine, ouvriers charpentiers, marins en maraude, pêcheurs de girelles ou de poulpes, demoiselles galantes, partisanes et leurs paniers de poissons, enfants chipeurs d’oranges….mais aussi les bonnets rouges des bagnards de l’Arsenal des galères… Mais regardez aussi les belles dames en habits dorés, les gentilshommes traînant leurs perruques et leurs épées, les commis de négoce et les ecclésiastiques à larges chapeaux ….
Remontez La Canebière, vous y rencontrerez des entrepôts, des remises, des écuries, des tavernes, des accueillantes maisons à lanternes rouges, des églises pour la rémission de vos pêchers… Dans ce Marseille, toutes les langues se mélangent, on se parle en provençal, on se dispute en sicilien, on fait des affaires en grec, on marchande en arabe, on négocie en catalan …, dans une odeur de fruit, de poisson, de crottin de cheval, de thym et de lavande ! Bref, vous avez Marseille à vos pieds !
Un personnage important pèse sur la ville, les consuls de la mairie, le gouverneur, l’archevêque lui rendent les honneurs qu’il convient à son rang et ne peuvent enfreindre les désirs et les ordres de ce si puissant seigneur ! En fait, il commande à toute la ville ! Ministre de la Marine au Conseil du Roi, Monsieur le Comte de Sartines est aussi le plus puissant armateur de Barcelone à Gênes. En toute modestie, le fleuron de sa flotte, un magnifique navire marchand, a été baptisé le « de Sartines ». Il est si beau et si imposant que même les pirates barbaresques n’osent l’attaquer ! Cette merveille est commandée par le Chevalier de Peil (poisson en provençal), solide officier très expérimenté, bien connu sur toutes les côtes de la Méditerranée.
Ce mardi du mois de mai 1775, les cales du navire sont remplies à ras bords de marchandises à destination de Constantinople. Le départ est prévu pour le lendemain à l’aube et l’équipage consigné depuis la veille est déjà aux ordres. Le mardi soir, un violent mistral se lève, l’orientation de la passe entre les Forts St Nicolas et St Jean empêche toute manœuvre de sortie. Il faut attendre …, et calmer l’équipage. Le vent souffle en tempête pendant 3 jours. Le samedi matin, enfin le vent tombe mais la mer reste grosse, très grosse. Le Capitaine et son Bosco, très sûrs de leurs talents de manœuvriers, décident de la sortie. Le navire sort tout doucement de son appontement et se présente devant la passe…..Au droit de St Nicolas, une première vague met le bâtiment en travers, la seconde le couche et la troisième l’envoie par le fond. De la merveille flottante il ne reste plus que le bout des mâts émergeant au dessus des flots. Pas de victime, tout le monde rejoint les quais sous les lazzis de la foule.
Tout Marseille s’esclaffe, se raconte l’affaire, brode autour du naufrage; bref, même les paysans d’Allauch et de Plan de Cuques en route pour le marché d’Aubagne se moquent allègrement de ces fichus marins. Tout Marseille rit…..mais pas trop longtemps. Le « de Sartines » bouche bien l’entrée du port ! Impossible d’y entrer et encore moins d’en sortir. Marseille est en panne ! Toute la bonne ville bruisse de cet événement, le bruit court comme une balle de mousquet : le « de Sartines a bouché le port », le « de Sartine a bouché le port », le « de Sartine et le Peil ont bouché le port » ! et bientôt, comme de bien entendu, pour des oreilles non averties, « le poisson et la sardine ont bouché le port », puis tout bonnement « la sardine a bouché le port » ! La rumeur enfle, court, se transforme, envahit bientôt toute la Provence, puis le Languedoc voisin et bientôt même le Dauphiné et le Lyonnais. Encore quelques jours et la France se moque de ces braves méridionaux beaux parleurs mais médiocres marins.
Mais la galéjade et les fariboles n’ont qu’un temps : plus de bateaux, plus de travail, plus d’argent, plus de pain ! Le peuple gronde ! Le peuple a faim ! Les bourgeois, les notables, les syndics ont beau faire donner des messes à l’église des Accoules ou à l’église St Laurent……Le bateau bouche toujours le port. La « sardine » bouche vraiment l’entrée du port ! Marseille est prête pour la révolte et manifeste bruyamment ; de leurs bastides aixoises les autorités font bien distribuer du pain, du poisson séché, quelques livres de pois chiches…..le peuple gronde de plus en plus fort. On fait manœuvrer quelques régiments venus du Dauphiné, l’Archevêque fait faire de belles homélies …, rien n’y fait, la disette s’installe avec le désordre.
Bien sûr, les services de l’Etat et M. de Sartines ont bien compris qu’il fallait renflouer le bateau; mais comment ? Paris envoie en urgence ses meilleurs ingénieurs, mais il faut 10 bons jours pour venir de Paris avec tout le matériel…, et en attendant…, la ville a faim ! Les ingénieurs parisiens se montrent, bientôt, incapables de résoudre le problème, d’ailleurs tout le monde s’en mêle : le Roi, les Ministres, le Gouverneur, l’Abbé de St Victor……Rien ne sort de ces interminables palabres ! De guerre lasse, on s’en va quérir des ingénieurs à Barcelone, puis à Gênes et même en Turquie…..Rien, pas de solution, « la sardine » empêche tout mouvement de navire….Et le peuple gronde de plus en plus et a de plus en plus faim.
Une rumeur commence, piano piano, à courir et à se répandre sur le Vieux Port : « faù ana cerca Molinàri », « faù ana cerca Molinàri » , « faù ana cerca Molinàri a La Cieuta » (il faut aller chercher Molinari à La Ciotat). Les autorités tergiversent encore ! Pensez donc, ce Molinari n’est qu’un petit charpentier de marine, patron d’un petit chantier naval dans la bonne ville de La Ciotat, tisseur de voile et quelquefois fondeur d’ancre de marine. D’ailleurs, les gens de la région l’appelaient « le marchand d’ancre ». Il a aussi la réputation, entre Marseille et Toulon, de génial inventeur jamais à court d’innovation … Mais les grands personnages hésitent à faire appel à cet artisan que la vox populi réclame si fort. Le peuple, désoeuvré et sans un liard, a faim, des émeutiers ont mis le feu à quelques belles demeures du côté du quartier Ste Anne ……La haute société commence à avoir peur, mais tergiverse toujours !
Pensez donc ce Molinari n’est qu’un artisan presque analphabète, qu’a-il fait d’autre que de construire que des pointus et des tartanes ? Il n’est même pas bourgeois et puis c’est un gavot de l’Ubaye, il ne parle que le provençal des montagnes et si nous le sollicitons, combien cela va nous coûter ? Mais l’idée fait peu à peu son chemin, il est, enfin, fait appel à ce Molinari. Ce n’a pas chose aisée, Marseille est à 6 lieues de La Ciotat, les marseillais ne sont pas des clients faciles, et puis Marseille pour un ciotaden ……. les bons gros Louis d’or ont un effet salutaire sur les réticences du charpentier.
Venu à pied d’œuvre, Molinari évalue rapidement la situation, demande aux Syndic de lui fournir 5000 cochons qu’il tue immédiatement pour récupérer les « bouffigues » (les vessies, en provençal). Prestement, il invite, 5000 marseillais à venir sur le port munis de longs tuyaux de cannes (les roseaux de Provence), face à cette pauvre sardine qui bouche toujours le port ! Des plongeurs courageux placent astucieusement dans le bateau les 5000 bouffigues et Molinari, tel un chef d’orchestre, demande au 5000 marseillais de souffler en cadence pour gonfler les vessies de porc ! Miracle sans nom, le bateau commence à tressaillir, puis à bouger, on voit les 3 mâts qui montent peu à peu vers le ciel, puis petit à petit le navire émerge des flots ! Le pari était gagné ! Le commerce peut reprendre et le pain revenir ! Le peuple exulte, le peuple n’a déjà plus faim ! La fête est immense, Molinari fait marseillais d’honneur…. retourne vite à La Ciotat où d’autres exploits l’attendent.
Telle est la (presque) véritable histoire de cette sardine qui a bouché le port et du non moins célèbre Molinari; elle m’a été racontée par ma grand-mère, née en 1890 à la Seyne/mer, et qui la tenait, elle même de son aïeule. Mais mon histoire ne serait pas assez belle si elle se terminait ainsi. Nous les provençaux, lorsqu’on ne peut résoudre un problème ou une difficulté , il nous vient toujours cet expression « faù ana cerca Molinari » et il m’arrivait lorsque mon patron me demandait quelque chose d’impossible de m’écrier, devant mes collègues ébahis, « il va falloir encore aller chercher Molinari ! ». Mon petit conte ne s’arrête pas encore. Vous me le pardonnerez. C’est Molinari qui a aussi construit le Pont du Gard, les arènes de Nîmes, Notre Dame de la Garde, le viaduc du TGV de Ventabren et l’Airbus A380 !
« se non è vero, è ben trovato »
Daniel Dadone
La sieste c’est en Provence qu’on la fait !.........Les fainéants c’est nous !!
Vous z’allez pas nous prendre ça aussi, non ?.........
hé ben, je te dis pas la facture d’encre !.......Bon, là j’ai pas le temps, je lis ça ce soir à tête reposée.......
Enfin une histoire qui nous ramène en Bretagne.
Je l’ai ouïe de mes propres yeux sous la plume de Jean-François Parot . Dans ses romans le herault héros un certain Nicolas Leflock est au service du sieur Sartine et il nous conte cette histoire mais de manière plus concise. Enfin brest bref pour en revenir à la Bretagne Le Flock est de Guérande c’est pas un petit Fabre du Languedoc ou de Provence
réponse à . BOUBA le 13/08/2014 à 15h13 : La sieste c’est en Provence qu’on la fait !.........Les fain&ea...
Les fainéants c’est nous !!
Pristi ! Si on avait simplement laissé supposer que dans le Midi, c’est "aujourd’hui peut-être ou alors demain", on s’en serait tant pris dans les oreilles, que même les Saints du Paradis seraient devenus sourds !

Car faut voir ! si on ose - timidement et avec respect - prétendre qu’un de Provence est allé promener ses pénates un peu plus haut dans le Nord, là où tout n’est que brouillard, blizzard et froidure… à Paris par exemple… et qu’il y a connu une gloire qu’on lui refusait là-bas où il fait si chaud que même le mistral transpire… si on ose ça, on nous menace des pires tourments dont un avant-goût est l’aïoli au p’tit déj.

Si on tente de s’alanguir dans un petit repos d’après repas, parce que c’est août… que le soleil brillera bien sans nous pendant une petite heure... on nous clarine si fort que la sieste est exclusivement réservée à ceux d’en dessous l’Estérel qu’on a l’impression d’avoir fauté, comme ci on avait volé la statue de la Bonne Mère.

Y a des moments où je me demande si le Provençal n’est pas un peu excessif, voire un brin intolérant… Mmmmh ?

Mais allez, vaï !, c’est pour ça qu’on vous aime, nous, les Nordistes d’au-dessus de la Garonne !
réponse à . gerard5253 le 13/08/2014 à 16h26 : Enfin une histoire qui nous ramène en Bretagne. Je l’ai ouïe d...
Oups ! Quand Bouba va lire ça, il va encore criser ! Tu as chaussé ton armure ?
réponse à . DiwanC le 13/08/2014 à 17h00 : Les fainéants c’est nous !! Pristi ! Si on avait simplement ...
C’est pas faux ce que tu dis, c’est pas faux.........

Hé voui que veux tu, nous z’ôtres Provençaux sommes excessifs comme tous les latins, c’est ce qui fait notre charme.......

Mais toute cette forfanterie est bon enfant, faut prendre tout ça sur le ton de la galéjade.........
réponse à . DiwanC le 13/08/2014 à 17h15 : Oups ! Quand Bouba va lire ça, il va encore criser ! Tu as chau...
Je suis l’insulté, j’ai le choix des armes........

Je choisis l’aioli à l’huile d’olive......

Gégé, je t’attends sur le pré demain à l’aube avec ton mortier et ton pilon. le premier qui fait caguer son aioli a perdu.......
réponse à . BOUBA le 13/08/2014 à 18h52 : Je suis l’insulté, j’ai le choix des armes........ Je choisi...
Alorsse là j’t ’attend j’ai une arme secrète: mon beau-père un Catalan pur jus un vrai né du coté de Gérone outre Pyrénées pas un Roussillonnais.
A l’époque pour la fête du Poble il montait l’aïoli ou plus exactement l’all i oli pour tout le village avec en guise de mortier un vieux bénitier et juste un peu de sel, de l’ail , de l’huile d’olive et pis c’est tout. A nan faut aussi beaucoup d’huile de coude pasqu’ une émulsion avec 7 ou 8 litre d’huile faut pas être manchot pour la monter .
Té en piece jointe je met la recette de Mistral (le Cousinié Macàri) l’icone au classe y met quand même du citron et de la flotte un barbare.cette page
réponse à . gerard5253 le 13/08/2014 à 19h23 : Alorsse là j’t ’attend j’ai une arme secrète: mo...
C’est toi que je défie, pas ton beau papa.........
réponse à . gerard5253 le 13/08/2014 à 19h23 : Alorsse là j’t ’attend j’ai une arme secrète: mo...
La ruse !
Anecdote anodine pour endormir la vigilance : Nicolas Le Floch... La Bretagne... Guérande...
Petite banderille pour stimuler l’adversaire : ...c’est pas un petit Fabre du Languedoc ou de Provence...
Et, au dernier moment, pan ! la botte secrète : le beau-père Catalan !
Cette expression vient de la mer ! s'égosilleront certains... inutilement car vous pensez bien que tout cela fut démontré plus haut, dès le mai 2007 !
Tout comme fut évoqué, en 2014, le bateau des "Copains d'abord"... Bouba ! si tu me lis...

En cherchant dans les ports, j'ai trouvé ce bateau que je ne connaissais pas, celui des Illusions perdues

J'ai couru pour quitter ce monde saugrenu
Me noyer dans le premier océan venu.
Juste voguait par là le bateau des copains ;
Je me suis accroché bien fort à ce grappin.


"Texte sans musique" lit-on... Mais alors, qui a composé la mélodie que chante Renaud ? Je ne sais...

réponse à . DiwanC le 23/05/2016 à 03h20 : Tiens... c'est moi qui avais fermé la porte. Selon l'habitude, j'avais l...
Toute une époque...........(soupir !).....
réponse à . DiwanC le 23/05/2016 à 03h29 : Cette expression vient de la mer ! s'égosilleront certains... inutil...
Vouiiiiiiiii.........bien sûr que je te lis.

Mais aujourd'hui je ferais une exception...

Bon anniversaire Charles

Emmenez-moi
Au bout de la terre
Emmenez-moi
Au pays des merveilles



Un p'tit café ?.....
Aujourd'hui Mistral à 100 km/h.....Faut savoir naviguer pour mettre les voiles avec un temps pareil !
B'alors y a p'u personne ?....c'est vous qui mettez les voiles aujourd'hui !..........
réponse à . Elpepe le 16/05/2007 à 10h18 : variante également d’origine du langage marin : "mettre les bo...
"mettre les bouts"
Variante selon San Antonio : mettre les adjas
Je n'ai jamais cherché à vérifié d'où vient ce mot, quelqu'un a eu cette curiosité ?
réponse à . <inconnu> le 16/05/2007 à 16h10 : En Assyrie bien avant que l’islam ne s’empare du port du voile, le p...
...à desseins positifs ou négatifs.

Desseins positifs, je suppose que ça doit être du politiquement correct pour parler de roberts qui pigeonnent.

Mais desseins négatifs, là je vois pas... Elle les a en creux, la nana ?

LE JEU DES MOTS CACHÉS (216) SYNONYMES DE S'EN ALLER-2
J'ai glissé, dans le texte suivant, 15 synonymes de s'en aller .
C'est parti !

- Ce pré, c'est là que tu les trouves ?
- Non, non, à la fin du pré...à la forêt de hêtres, tu vas voir, on y arrive, y'a des marais, mais on peut y acceder facilement, au bout j'ai fait un petit chemin...d'ailleurs, dans ces eaux, qui sont propres, on peut, dès mai, nager...mais aujourd'hui, ce qui nous intéresse ce sont les bolets ! J'en déniche une bonne dizaine par hêtre...
- Dix par hêtre ? Ça t'en fait pas mal dans la journée, hein ? Dis,y'a qu'une sorte de bolet?
- Oui, ce cas c'est un peu rare, il n'y a que cette espèce, ce cep à raies, au pied sanguin, si tu le coupes tu peux voir cette sorte de sang fuir...en faisant attention de ne pas se tailler, comme j'avais cru la première fois en voyant ce liquide !
- Et ce cep, il est coté sur le marché ?
- Suffisamment pour payer toutes mes dettes, allez...Ce qui m'étonne, c'est que personne, semble-t-il, n'aie découvert ça...
- C'est vrai, si ça se savait tu ne pourrais qu'avaler des couleuvres et diminuer notablement tes gains !
Après quelques heures...
-Tu vois ? On a encore rempli un panier ! Pour fêter ça, je t'invite à prendre un verre...à côté du pré y'a un bistrot; ce bar est très tranquille, souvent je m'arrête pour y jouer aux dés...j'aime jouer aux dés qu'en paix !
- Allons-y !
réponse à . Ratanak le 23/05/2016 à 09h33 : ...à desseins positifs ou négatifs. Desseins positifs, je suppose ...
Des seins patiques ? C'est beau 
réponse à . Ratanak le 23/05/2016 à 09h33 : ...à desseins positifs ou négatifs. Desseins positifs, je suppose ...
desseins négatifs, là je vois pas
Pense au cas d'Angelina Jolie qui a subi une mastectomie bilatérale.
réponse à . joseta le 23/05/2016 à 09h47 : LE JEU DES MOTS CACHÉS (216) SYNONYMES DE S'EN ALLER-2 J'ai gliss&eac...
Je n'en ai pas énormément, mais j'ai surtout un mot gigogne !
Avec elle, tout le monde prenait le large...


Il était une fois, dans un lointain pays, une très belle princesse, célibataire.

Elle avait un problème:
Chaque chose que la princesse touchait se mettait à fondre le métal, le bois, le plastique…
A cause de ce handicap, les hommes avaient peur d’elle. Personne ne voulait l’épouser.

Le Roi était désespéré. Que pouvait-il faire pour l’aider?

Il consulta alors ses scientifiques et ses magiciens.
Un scientifique lui conseilla:
"Si ta fille trouve quelque chose qui ne fondra pas entre ses doigts, elle sera guérie."

Le Roi avait trouvé une solution...
Le lendemain, il organisa une compétition.
Chaque homme doit apporter un objet qui ne fondra pas entre les doigts de la princesse… Celui qui détient cet objet la guérira,l’épousera et héritera du Royaume.

Trois jeunes princes relevèrent le défi:

Le premier prince apporta une énorme barre de titanium.
Mais hélas, lorsque la princesse la toucha,la barre se mit à fondre comme de la cire.
Le prince reparti sidéré.

Le deuxième prince apporta un énorme diamant,pensant que le diamant était la matière la plus solide dans le monde, il proposa à la princesse de le toucher.
Mais hélas, lorsque la princesse le toucha,il se mît à fondre.
Le prince reparti découragé.

Le troisième prince approcha.
Il demanda à la princesse, "Plonge ta main dans la poche de mon pantalon et touche ce qu’il y a au fond."

La princesse s’exécuta et mit la main dans son pantalon, alors qu’elle rougissait de plus belle.
Elle sentit quelque chose de très dur. Elle le prit dans sa main. Et rien ne fondit !

Le Roi était heureux.
Tout le Royaume éclatait de joie.
Et le troisième Prince épousa la Princesse.
Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants…

Jolie Histoire non ?
Et vous ne vous posez pas la question, quelle question ?
Qu’est-ce que la princesse a touché dans son pantalon ?

Il y avait un “Mars"

Il fond dans la bouche, pas dans la main.
réponse à . Mintaka le 23/05/2016 à 10h14 : Je n'en ai pas énormément, mais j'ai surtout un mot gigo...
"Aie aie aie !" ou "Chouette chouette chouette !" ?
réponse à . SyntaxTerror le 23/05/2016 à 10h11 : desseins négatifs, là je vois pas Pense au cas d'Angelina Jol...
Oui, ça l'a mise à plat.
réponse à . le gone le 23/05/2016 à 10h39 : Avec elle, tout le monde prenait le large... Il était une fois, dans un...
 
réponse à . le gone le 23/05/2016 à 10h39 : Avec elle, tout le monde prenait le large... Il était une fois, dans un...
Tout bon ! 
réponse à . Ratanak le 23/05/2016 à 10h45 : "Aie aie aie !" ou "Chouette chouette chouette !"&...
Je pense ouvrir une gigognerie, c'est-à-dire me lancer dans l'élevage des mots gigognes, mais pas en [batteurs-rient], en [libère-thé].
réponse à . gonalzako le 23/05/2016 à 09h25 : "mettre les bouts"Variante selon San Antonio : mettre les adjas ...
Ça c'est une expression que n'emploient jamais les filles qui se prénomment Isabelle, parce que les Isabelles adjas nient. 
réponse à . joseta le 23/05/2016 à 11h51 : Ça c'est une expression que n'emploient jamais les filles qui se pr&eacut...
Isabelles adjas nient
La dite Isabelle s'était rendue célèbre en disant : "le petit adja est mort"...
Nuance
En France, une femme met les voiles, au Pakistan, une femme met le voile.  
réponse à . gonalzako le 23/05/2016 à 09h25 : "mettre les bouts"Variante selon San Antonio : mettre les adjas ...
Allez ! on se débine à toute vitesse, on se bouge, on se carapate, on calte, on se taille, on se trisse, on dégage vite fait, on joue ripe, on cavale,on se tire ailleurs, on s'arrache...

On s'esbigne, on circule parce qu'il n'y a rien à voir, on décampe, on se remue les fesses... Et ces deux-là que j'adore lier : on prend les jambes à son cou et on s'enfuit ventre à terre !
Bref, on met les voiles !

Celle-ci encore qu'on dit lyonnaise, celle-ci où toute idée de départ en vitesse est exclue, certes, mais tellement délicate, presque tendre :
- Il faudrait songer à prendre du souci...
Autrement dit :
- Amis, on est bien chez vous... mais il est temps de partir et de retrouver les soucis que vous nous aviez fait oublier.

N'est-elle pas jolie ? 
réponse à . joseta le 23/05/2016 à 09h47 : LE JEU DES MOTS CACHÉS (216) SYNONYMES DE S'EN ALLER-2 J'ai gliss&eac...
Bon, j'en ai 14.
Mon quinzième va être refusé, c'est sûr !
réponse à . DiwanC le 23/05/2016 à 12h56 : Allez ! on se débine à toute vitesse, on se bouge, on se cara...
Pour hier, j'ai bien aimé ton 'psaltérion', de même que le 'hackbrett' de Ratanak.
Je résiste pas à l'envie de suggérer cet instrument appelé space drum, ou hang drum, ou encore hand pan, inventé semble-t-il en 2000.
Je propose mademoiselle Yuki Koshimoto avec sa pièce intitulée New Moon. On dirait de blonds angelots qui font un pipi doré sur un voile de tôle.
Qu'est-ce qu'il raconte bien Mickey à _132.
Je sais maintenant l'histoire de la sardine qui boucha le port de Marseille.
réponse à . DiwanC le 23/05/2016 à 14h12 : Tu as raison... c'est joli comme une pluie de mai... Et que dis-tu du son de ce...
Un piano à pouces, dis donc !
Très joli !
Expressio mène vraiment à tout, à condition de pas 'crisser le camp' !
( Les castagnettes, ça va peut-être amadouer Joseta ! )
Merci pour le lien Koshimoto, moi je sais pas faire, les binettes non plus.
Bon, je songe à prendre un peu de souci là.
réponse à . DiwanC le 23/05/2016 à 12h56 : Allez ! on se débine à toute vitesse, on se bouge, on se cara...
- Il faudrait songer à prendre du souci...
C'est bien vrai que nous disons cela dans la région  Quant au piano à pouces j'ai failli en acheter un mais je ne suis pas pianiste alors me tire pas dessus ! Le son qu'il produit est joli.
réponse à . ipels le 23/05/2016 à 14h43 : Un piano à pouces, dis donc ! Très joli ! Expressio m&eg...
Merci pour le lien Koshimoto, moi je sais pas faire, les binettes non plus.
Eh bien, tu vas apprendre !

"Les binettes" → cette page @ 166.

Le lien :
1. Ouvrir une accolade { (avec AltGr+4)
2. Coller le http.... choisi, qu'auparavant tu auras pris soin de copier, videmment !
Par exemple, par le piano à pouces : https://www.youtube.com/watch?v=miEE3vA6wGM
3. Barre verticale | (avec AltGr + 6). Tu ajoutes ton commentaire.
4. Fermer par une accolade } (avec AltGr + la touche +)

Ce qui va donner :
{ https://www.youtube.com/watch?v=miEE3vA6wGM | Piano à pouces }
Le tout sans espace, tu auras :
Piano à pouces !

À toi de faire !
Essaie avec une vidéo "castagnettes"  ! 
- Alors, on t'a apporté ta moto ?
- arrivée par TIR...
- ?

1) SE PRESSER (Ce pré, c'est...)
2) DÉMARRER (des marais)
3) BOUGER (bout j'ai...)
4) DÉMÉNAGER (dès mai, nager)
5) DISPARAÎTRE (dix par hêtre ?)
6) SE CASSER (ce cas, c'est...)
7) SE SÉPARER (ce cep à raies)
8) S'ENFUIR (sang fuir)
9) SE TAILLER
10) MARCHER (marché)
11) DÉTALER (dettes, allez)
12) ALLER (dettes, allez)
13) CAVALER (qu'avaler)
14) SE BARRER (ce bar est...)
15) DÉCAMPER (dés qu'en paix)
Voilà !
réponse à . joseta le 23/05/2016 à 17h43 : - Alors, on t'a apporté ta moto ? - arrivée par TIR... - ...
11) DÉTALER (dettes, allez)
12) ALLER (dettes, allez)

Je trouve que M'sieur le Directeur en prend un peu trop à son aise... mais bon...

Aujourd'hui, on pouvait aussi s'épiler ! (Et ce cep il est...).
Amusant, non ?!
 

réponse à . DiwanC le 23/05/2016 à 17h53 : 11) DÉTALER (dettes, allez) 12) ALLER (dettes, allez) Je trouve que M'si...
C'est un mot gigogne, qu'au début je n'avais pas tenu en compte...ensuite j'ai pensé à Ratanak...
's'épiler', c'est...au poil !
Ouais ...
13) CAVALER (qu'avaler)
13 bis) ALLER (qu'avaler)
-
réponse à . SyntaxTerror le 23/05/2016 à 18h44 : Ouais ... 13) CAVALER (qu'avaler) 13 bis) ALLER (qu'avaler)...
Dans ce cas, comme le mot que tu cites vient après DÉTALER/ALLER, ce serait une répétition; et on ne va pas compter deux fois le même mot, n'est-ce-pas ?
réponse à . joseta le 23/05/2016 à 17h43 : - Alors, on t'a apporté ta moto ? - arrivée par TIR... - ...
Ben j'en ai 13.
J'avais cru voir 'débouler'.
J'ai raté 'aller', lui préférant 'détaler', et considérant que 'aller' n'est pas vraiment un synonyme de 's'en aller'.
Et j'ai raté 'marcher', que j'avais, mais que j'ai finalement dédaigné.
réponse à . DiwanC le 23/05/2016 à 17h37 : Merci pour le lien Koshimoto, moi je sais pas faire, les binettes non plus.Eh bi...
T'es un bon prof !
J'ai fait ton devoir et ça a marché !
Je l'ai testé comme réponse à ce même _166.
Les binettes c'est bon, je saurai.
J'ai pas d'ordinateur. Je sais pas copier les http, ni les coller.
Ris pas !
réponse à . joseta le 23/05/2016 à 17h43 : - Alors, on t'a apporté ta moto ? - arrivée par TIR... - ...
Gigogne : 8) S'ENFUIR (sang fuir)
Il y a à la fois fuir et s'enfuir.
J'espère que la Direction ne prendra pas la fuite devant ses irresponsabilités !
Aujourd'hui 23 mai, depuis 1845, c'est la Fête de la Reine (Victoria) au Canada.
Depuis longtemps c'était devenu la Fête de Dollard des Ormeaux, au Québec.
Et depuis 2003, c'est officiellement redevenu la Journée Nationale des Patriotes,
au Québec toujours.
Je voulais juste dire que la reine a pris le large.

réponse à . ipels le 23/05/2016 à 19h47 : T'es un bon prof ! J'ai fait ton devoir et ça a march&eacu...
J'ai pas d'ordinateur.
Si tu ne te moques pas, cela veut-il dire que tu utilises une tablette ?
réponse à . DiwanC le 23/05/2016 à 20h24 : J'ai pas d'ordinateur. Si tu ne te moques pas, cela veut-il dire que ...
En effet. J'ai juste un Ipad.
Jamais eu et jamais voulu d'ordinateur.
Pas de téléphone intelligent non plus.
Je peux quand même, maintenant, t'envoyer un beau sourire !
 !
En Autriche, l'écologiste est rentré, avec 50.3% des voix, dit-on.
L'extrême droite est pas rentrée. Yé !
réponse à . Mintaka le 23/05/2016 à 19h57 : Gigogne : 8) S'ENFUIR (sang fuir) Il y a à la fois fuir et s�...
Étant donné les controverses suscitées par les mots gigognes, La Direction a pris la decision irrevocable de les éliminer de ses jeux; jeux, par ailleurs, brillants, et qui n'ont nul besoin d'utiliser des mots qui s'emboitent.
La Direction
réponse à . ipels le 23/05/2016 à 21h28 : En Autriche, l'écologiste est rentré, avec 50.3% des voix, di...
Moi aussi je m'en réjouis: je trouve la droite assez gauche et la gauche assez adroite...et j'arrive pas à me centrer.... 
réponse à . joseta le 23/05/2016 à 21h33 : Étant donné les controverses suscitées par les mots gigogne...
J'avais trouvé tous tes synonymes plus FUIR "en gigogne" avec S'ENFUIR, qui sont deux verbes différents n'ayant pas exactement le même sens. Comme n'ont pas exactement le même sens ALLER et S'EN ALLER.

Quant à "éliminer" les mots gigognes, tu ne pourras empêcher qu'il s'en trouve et qu'on les trouve !... 
réponse à . joseta le 23/05/2016 à 21h33 : Étant donné les controverses suscitées par les mots gigogne...
Belle décision quant à moi.
Mais comme Ratanak, j'ai des doutes, à la Devos !
réponse à . joseta le 23/05/2016 à 21h33 : Étant donné les controverses suscitées par les mots gigogne...
Y aurait-il ici des empêcheurs de cacher en rond ? Des gigogneurs de mauvais aloi ?

réponse à . joseta le 23/05/2016 à 21h33 : Étant donné les controverses suscitées par les mots gigogne...
Ainsi donc c'est toi qui a introduit un prédateur dans mon élevage de mots gigognes. Puisque c'est comme ça je pousserai encore plus loin le raisonnement de Ratanak en #189 et je ne rechercherai UNIQUEMENT QUE LES MOTS GIGOGNES.

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Prendre le large / mettre les voiles » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?